jeudi 29 décembre 2016

Lignes de faille - Nancy Huston




























Actes Sud , 2006, 487 pages


La première phrase :

C'est l'éveil.


L'histoire :

2004, 1982, 1962, 1944. Sol, Randall, Sadie, Kristina... Quatre époques. Quatre générations. Quatre enfants de six ans évoluant dans des univers très différents, qui prennent successivement la parole pour nous relater quelques mois de leur existence, retraçant ainsi progressivement l'histoire d'une famille juive au XXème siècle.


L'opinion de Miss Léo :

Lignes de faille est le premier Nancy Huston que je lis. Je pensais commencer par Une adoration, dont le concept me plaisait bien, mais je n'ai jamais réussi à en dépasser les dix premières pages... Il n'est toutefois pas impossible que je refasse prochainement une tentative, car j'ai vraiment beaucoup, beaucoup aimé celui-ci.

La construction de ce très beau roman est en tout point remarquable. On remonte peu à peu le fil de l'Histoire, les quatre récits successifs à la première personne permettant de reconstituer dans les grandes lignes la destinée de Kristina, l'aïeule, seul personnage présent dans les quatre parties, ainsi que celle de sa descendance. Le choix d'une narration antichronologique se révèle particulièrement judicieux : Nancy Huston lève peu à peu le voile sur les événements fondateurs de la vie des membres de cette surprenante famille, dont le lecteur finit par comprendre les agissements et la personnalité à mesure qu'il découvre leur passé. Sadie et sa mère Kristina sont âgées au début du roman, et nous les découvrons d'abord de façon superficielle, à travers le regard du petit Sol, puis celui de son père Randall. Leurs témoignages se révèleront pourtant cruciaux, et apporteront un nouvel éclairage sur des faits relatés dans les deux premières parties.

Lignes de faille est un ouvrage très dense, qui va bien au-delà de la simple chronique familiale. Chaque récit est ainsi ancré dans un contexte géopolitique et sociologique bien défini. Le petit monde de Sol, enfant gâté californien grandissant à l'heure d'Internet et des nouvelles technologies, et l'Allemagne hitlérienne où vit Kristina, dans une famille dévouée au régime nazi, n'ont a priori rien en commun, si ce n'est la violence et la barbarie qui impactent depuis toujours l'Histoire de l'humanité. La guerre est omniprésente en toile de fond, et les liens familiaux sont souvent parasités sur plusieurs générations par le mensonge et les non-dits consécutifs à divers traumatismes, les personnages créés par Nancy Huston se voyant régulièrement affectés par les vicissitudes de l'existence. Ceux-ci n'en demeurent pas moins très humains, et tous attachants à leur manière.

La première partie est celle qui m'a le moins plu. J'ai eu du mal à rentrer dans le récit de Sol, qui s'exprime comme un vieux pervers, alors qu'il est censé n'avoir que six ans. Ce décalage est bien sûr voulu par l'auteur, qui adopte un ton enfantin pour relater de façon très crue des événements très durs, mais j'ai trouvé que les parties consacrées à Randall, Sadie et Kristina étaient nettement plus convaincantes que la première, le roman gagnant peu à peu en profondeur et en sensibilité.  Simple et léger en apparence, Lignes de faille est un roman poignant sur la mémoire, l'amour et la filiation, qui analyse avec pertinence la façon dont les décisions plus ou moins assumées de chaque individu se répercutent sur les générations suivantes. Nancy Huston évoque avec autant d'aisance le conflit israélo-palestinien ou les Lebensborn allemands, et crée des personnages aux relations teintées de réalisme, tout en accordant une large place à la musique, ici envisagée comme vecteur de transmission susceptible de traverser les décennies.


Pour résumer : j'ai pris énormément de plaisir à la lecture de ce roman, que je recommande évidemment sans réserve. J'en suis encore toute retournée !


Un roman très fort et admirablement construit. 
Coup de coeur !



10 commentaires:

  1. Comment ne pas lire ce roman après un billet aussi tentant et enthousiaste???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miss Léo, prescriptrice d'envies. Plus sérieusement, j'espère que vous allez l'apprécier, puisqu'il semblerait que Coralie ait également prévu de le lire.

      Supprimer
  2. J'ai toujours renoncé à cause, justement, de ce qu'on disait du récit de Sol... il est dans ma pile, pourtant. Tu donnes envie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chouette, j'aime bien jouer les tentatrices ! ^^ N'hésite plus, et lis-le.

      Supprimer
  3. Je l'ai lu deux fois, la construction est très habile (Sol est épouvantable, au point qu'on se réjouirait presque de ses ennuis ^_^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je m'imagine bien le relire un jour. Il est effectivement difficile de ressentir une quelconque empathie pour Sol !

      Supprimer
  4. Depuis le temps que je me dis qu'il faut que je le lise.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vas-y, fonce ! (tu pourras me maudire si tu ne l'apprécies pas, mais j'en doute)

      Supprimer
  5. Je n'ai pas lu celui-ci. Certains romans de cette auteure m'ont laissée sur ma faim mais j'ai beaucoup aimé Danse Noire qui n'est pas facile d'accès.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle en a écrit beaucoup ! Difficile de choisir quand on n'y connaît rien... Je regarderai s'ils ont "Danse noire" à la bibli (en tout cas, j'ai envie d'en lire d'autres).

      Supprimer