mercredi 3 septembre 2014

Courtney Crumrin (T.1 à T.3) - Ted Naifeh




























Intégrale des trois premiers tomes.
Traduction : Achille(s)
Akileos, 2006, 400 pages


Tome 1 : Courtney Crumrin et les Choses de la Nuit (2002)
Tome 2 : Courtney Crumrin et l'Assemblée des Sorciers (2003)
Tome 3 : Courtney Crumrin et le Royaume de l'Ombre (2004)


L'histoire :

La jeune et ténébreuse Courtney Crumrin emménage avec ses parents dans le vieux manoir poussiéreux de son oncle Aloysius, un homme étrange et solitaire à la sinistre réputation. Rejetée par ses camarades de classe, Courtney va cependant s'épanouir en se découvrant de bien mystérieux pouvoirs, qui lui seront également très utiles pour lutter contre les Choses de la Nuit, des créatures monstrueuses vivant tapies dans l'ombre de la forêt.














L'opinion de Miss Léo :

J'ai découvert les aventures de Courtney Crumrin grâce à mon amie Blandine et à son mari, qui m'ont gentiment prêté cette intégrale regroupant les trois premiers tomes d'une série qui en compte désormais six au total. J'ai été séduite par la fraîcheur de cette bande dessinée originale, au scénario drôle et divertissant. Courtney est une héroïne on ne peut plus attachante, qui peine à s'adapter au monde dans lequel elle vit. La découverte de la sorcellerie et du monde parallèle dans lequel évoluent les créatures de la nuit (gobelins, changelings et autres monstres terrifiants) fait figure de révélation pour cette adolescente mal dans sa peau, délaissée par des parents désolants de médiocrité, et méprisée par des camarades de classe obsédés par l'argent et les apparences.

L'intrigue, dans la lignée du Coraline de Neil Gaiman (les deux ouvrages sont parus la même année, et présentent certaines similitudes), joue sur les peurs et les angoisses enfantines, et s'apparente par certains côtés à un Harry Potter en version trash. Courtney a de la répartie, et se montre parfois d'une cruauté sans nom vis à vis des enquiquineurs (pour la bonne cause, cela va de soi). Ses pouvoirs lui permettent d'asseoir sa domination, mais son mal être perce néanmoins sous cette volonté inflexible, guidée par un profond dégoût de l'injustice. Ted Naifeh signe une jolie parabole sur l'adolescence, qui stigmatise également l'existence superficielle des riches familles vivant dans les banlieues cossues américaines. Le cauchemar n'est pas forcément là où l'on imagine (d'où la nécessité d'un exutoire, que Courtney trouvera dans la sorcellerie) !




Les illustrations m'ont beaucoup plu. Le graphisme est simple et agréable, et le noir et blanc m'a semblé parfaitement adapté à l'ambiance du récit. Courtney a une bonne bouille, où pétillent de grands yeux noirs très expressifs, et porte de très burtoniennes chaussettes à rayures (ce qui constitue la preuve incontestable d'un goût certain). Les humains sont aux contraire représentés avec un regard blanc et vide, se démarquant ainsi des sorciers, dont le visage semble beaucoup plus vivant. Les monstres sont quant à eux très laids, et se montrent la plupart du temps d'une mauvaise foi désarmante et particulièrement réjouissante. J'ai pour finir apprécié le soin apporté aux décors sur certaines planches, lesquels contribuent à installer une ambiance étrange et mystérieuse.



Trois autres tomes sont parus chez le même éditeur : j'ai hâte de les lire !


Une BD intelligente et divertissante, au graphisme soigné. A découvrir.


--------------------------------



Livre chroniqué dans le cadre du Mois Américain organisé chez Titine, et nouvelle participation à mon challenge Le mélange des genres, catégorie BD. 








6 commentaires:

  1. J'avais beaucoup aimé les deux premiers qui forment en quelque sorte une histoire complète. La suite m'a paru bien moins intéressante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai moi aussi trouvé le troisième tome légèrement en-dessous, mais j'attendrai d'avoir lu la suite pour me prononcer !

      Supprimer
  2. Elle est top cette série ! Je vais la reprendre pour le challenge Halloween (déjà le mois d'octobre qui approche... ça passe trop vite surtout que je me revois enceinte sur le point d'être en congé mat à la même époque l'an dernier). Bon mois américain ! On va se régaler :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Et oui, le temps passe (trop) vite.

      Supprimer
  3. Je ne connaissais pas mais j'aime ce que tu en dis (notamment tes allusions à Gaiman, Harry Potter ou T.Burton). Je vais essayer de les dénicher à la bibliothèque !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Apparemment, cette série possède de nombreux adeptes, mais je n'en avais jamais entendu parler non plus. Je pense que cela pourrait te plaire.

      Supprimer