dimanche 3 août 2014

Me, Shakespeare and I




Je vous ai parlé dans un précédent billet de mes acquisitions estivales... mais je ne vous ai pas tout dit ! Mon cher F. a en effet eu la bonté de m'offrir ce "kit shakespearien", repéré dans plusieurs librairies d'outre-Manche.

- William Shakespeare's Star Wars (by Ian Doescher)
- William Shakespeare's The Empire striketh back (by Ian Doescher)
- William Shakespeare : The Complete Plays in One Sitting
- Shakespeare Insult Generator (by Barry Kraft)

Impossible de résister à pareilles merveilles !


Star Wars revisité

Les ouvrages de Ian Doescher reprennent le scénario des deux premiers épisodes de la saga lucasienne, réécrits à la manière du dramaturge de Stratford-upon-Avon. Je trouve le procédé très amusant, d'autant plus que je connais bien les films ! Nous ne sommes bien sûr pas tout à fait au niveau du grand William, mais l'auteur se sort très honorablement de cet exercice de style en forme de pastiche, dont voici un bref aperçu.


PROLOGUE.
Outer space.

Enter CHORUS.

CHORUS    It is a period of civil war.
                    The spaceships of the rebels, striking swift
                    From base unseen, have gain'd a vict'ry o'er
                    The cruel Galactic Empire, now adrift.
                    Amidst the battle, rebel spies prevail'd
                    And stole the plans to a space station vast,
                    Whose pw'rful beams will later be unveil'd
                    And crush a planet : 'tis the DEATH STAR blast.
                    Pursu'd by agents sinister and cold,
                    Now Princess Leia to her home doth flee,
                    Deliv'ring plans and a new hope they hold :
                    Of bringing freedom to the galaxy.
                    In time so long ago begins our play,
                    In star-crossed galaxy far, far away.
[Exit.


ACT I, SCENE 1.
Aboard the rebel ship.

Enter C-3PO and R2-D2.

C-3PO        Now is the summer of our happiness
                    Made winter by this sudden, fierce attack !
                    Our ship is under siege, I know not how.
                    O hast thou heard ? The main reactor fails !
                    We shall most surely be destroy'd by this.
                    I'll warrant madness lies herein !
R2-D2                      --- Beep beep,
                    Beep, beep, meep, squeak, beep, beep, beep, whee !
C-3PO                     --- We're doomed.
                    The princess shall have no escape this time !
                    I fear this battle doth portend the end
                    Of the Rebellion. O ! What misery !
[Exeunt C-3PO and R2-D2.


Vous aurez sans nul doute relevé la référence à l'incipit de Richard III, qui m'a fait sourire, de même que les illustrations de couverture de chacun des deux volumes, délicieusement absurdes et décalées.



Pour résumer : un étrange gadget littéraire, qui ravira les fans de Star Wars amateurs de théâtre élizabétain !


Tout Shakespeare en 328 pages

Le troisième ouvrage est un très joli petit livre orange, qui présente en quelques pages les personnages principaux et l'intrigue de chacune des trente-huit pièces du Maître (pièces historiques, drames et comédies). L'aide-mémoire indispensable de tout Shakespearophile confirmé !


Si vous avez oublié le prénom de la Mégère Apprivoisée ou celui de la mère d'Hamlet : ce petit guide est fait pour vous !


Insultez les gens avec panache !

Le quatrième et dernier ouvrage me plaît quant à lui beaucoup : le générateur d'insultes shakespearien est en effet un outil indispensable, qui vous permettra de rabattre le caquet des mécréants à coup de piques et de saillies hautement spirituelles, générées arbitrairement en associant un adjectif simple, un adjectif composé et un nom commun : "Deceptious barren-spirited fleshmonger !". Les termes sont explicités au verso, ce qui permet d'insulter les gens tout en se cultivant. J'adhère totalement au concept, et vous pouvez vous attendre à trouver quelques-uns de ces noms d'oiseaux disséminés dans mes futurs billets (je pense également m'en servir pour insulter les gens au volant) !























Le Capitaine Haddock n'a qu'à bien se tenir !


Un outil indispensable pour briller en société.


Je vous salue bien bas, greasy logger-headed pig-nuts.


3 commentaires:

  1. J'aime beaucoup l'idée des insultes shakespeariennes ! Je vais les guetter dans tes futurs billets ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me mets la pression, j'ai intérêt à ne pas oublier !

      Supprimer
  2. Tu me fais penser que je dois me mettre à lire des livres de ce maître ! Je connais les histoires qu'il a écrites mais pas les livres !

    RépondreSupprimer