mardi 24 décembre 2013

Le destin de Mr Crump - Ludwig Lewisohn




























Titre original : The Case of Mr Crump
Traduction : R.Stanley / Anna Noël
Phébus Libretto, 1926 (en France) / 1947 (Etats-Unis) / 1996, 400 pages


La première phrase :

Les destinées de sa famille, la vie qu'avait menée sa mère et ses années d'enfance faisaient partie des sujets dont Mrs Crump aimait à parler.


L'histoire :

Chronique d'un mariage. Herbert Crump, jeune compositeur à l'avenir prometteur, rencontre Anne Bronson Vilas, de vingt ans son aînée, mariée et mère de trois enfants, dont il devient l'amant. Naïf et encore peu expérimenté, il se laisse piéger par cette femme manipulatrice et sans scrupule, qui quitte son époux, et l'entraîne malgré lui dans une union dévastatrice, qui finira par avoir raison de la patience et des illusions du jeune homme.


L'opinion de Miss Léo :

J'ignorais tout de ce roman il y a encore une semaine. Mais ça, c'était avant. Avant que mes copines Titine et Eliza, toujours de bon conseil, n'en parlassent presque simultanément, et avec des trémolos dans le clavier, à l'occasion d'un tag fessebouquien. Avant que je n'eusse le bonheur de le trouver soigneusement rangé sur l'une des étagères de ma bibliothèque municipale. Avant que je ne décidasse de court-circuiter mes autres lectures en cours pour me consacrer en priorité à ce beau roman méconnu, que l'ami Sigmund F. himself qualifiait de "chef d'oeuvre incomparable".

J'adresse mes plus sincères remerciements à Titine et Eliza, sans lesquelles je serais probablement passée à côté de cette oeuvre fascinante et totalement addictive, qui m'a tout à la fois passionnée et remplie d'effroi. Lewisohn, auteur juif américain d'origine allemande, signe un livre atroce et glaçant, qui dissèque avec une froideur et une minutie presque cliniques les dérèglements quotidiens d'un mariage sans amour. L'auteur dresse un tableau ahurissant de l'enfer conjugal vécu par le malheureux Herbert Crump, lequel subit la domination d'une épouse puérile et capricieuse, prête à tout pour arriver à ses fins. Constamment rongée par la jalousie, manipulatrice à l'extrême, Anne l'exploite sans relâche, lui soutire de l'argent, se livre à moult chantages affectifs, et tente vaille que vaille de l'isoler de sa famille et de ses amis, en se montrant on ne peut plus odieuse avec ces derniers.

Herbert, bien naïf et totalement impuissant devant l'effondrement progressif de ses certitudes, est bel et bien prisonnier des convenances de son époque. Car la femme possède indéniablement l'avantage en ce début de XXème siècle : que l'homme s'avise seulement de vouloir quitter son épouse, et il se verra immédiatement traîné en justice ; son nom sera irrémédiablement souillé, et il devra à jamais payer les conséquences de son abandon. Le jeune compositeur, avide de plaisirs charnels et de création musicale, n'a alors d'autre choix que de renoncer à la vie calme et paisible à laquelle il aspirait, pour subir les assauts quotidiens d'une mégère bien plus âgée que lui, qui lui impose par ailleurs la médiocrité de sa progéniture. On le plaint évidemment, et si sa passivité peut agacer dans un premier temps, on se rallie bien vite à la cause de ce jeune homme doué et dévasté par l'ampleur du désastre de son existence sacrifiée, à des années lumière de ce que ses parents cultivés et respectueux espéraient pour leur unique rejeton.

Anne est un personnage complexe et terrifiant, dont le comportement totalement excessif et manipulateur semble posséder tous les attributs d'une quelconque maladie mentale. Parfois sincère dans sa démesure, elle joue en public les épouses aimantes et dévouées, maîtrisant à merveille les codes de cette société bien-pensante et semble-t-il totalement acquise à sa cause. Herbert se retrouve malgré lui à la tête d'une famille de fous, à laquelle il consacre la totalité de sa maigre fortune. Tout est glauque et atroce. Cette étrange tribu recomposée, étouffée par les dettes, vit dans la saleté, les reproches et l'hypocrisie. Le lecteur est constamment saisi d'horreur, et tourne frénétiquement les pages, dans l'attente du pire. Le sentiment de malaise s'intensifie, et chaque chapitre franchit un nouveau pas vers l'ignominie. De quoi vous dégoûter à jamais du mariage !

Le roman, envoûtant et très habilement construit, surprend également par son ton sobre et distancié, presque léger, qui contraste avec le comportement abominable d'Anne et l'enfer du quotidien vécu par Herbert. Lewisohn s'attaque avec une réjouissante immoralité à l'une des institutions les plus sacrées qui soit. Shocking ! Il n'est pas surprenant que Le destin de Mr Crump, rédigé en 1926, ait été interdit pendant de nombreuses années aux Etats-Unis avant de pouvoir enfin être publié. Je l'ai personnellement trouvé passionnant d'un bout à l'autre.


Un roman politiquement incorrect, qui présente une image peu reluisante de la vie de couple. Atroce et délicieusement immoral. Une découverte saisissante !


P.S. J'ai parfois songé pendant ma lecture aux Apparences de Gillian Flynn. Les deux romans n'ont évidemment que peu de choses en commun (question de style et d'époque), mais il n'en demeure pas moins que tous deux offre une vision assez terrifiante du mariage et de la vie de couple, laquelle se teinte alors de violence et de méchante rancoeur.


8 commentaires:

  1. Je suis tellement contente de lire ton billet élogieux. C'est un roman difficile à oublier tant il est glaçant. Et tu rajoutes une couche à mon envie de lire "Les apparences".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Glaçant est effectivement le terme le plus adapté ! Et pourtant, on ne peut s'empêcher de le dévorer. Encore merci pour cette belle découverte.

      Supprimer
  2. Ce roman m'a marquée à jamais, je l'ai lu à dix-sept ans et il m'a traumatisée !! Mais c'est remarquablement bien écrit et construit et on ne peut que tourner les pages dans l'angoisse de la suite... Merci pour ton avis et j'espère que ce sera l'occasion de faire connaître cet étrange chef d'oeuvre :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends que tu ais pu être traumatisée par ce roman à dix-sept ans ! J'espère aussi que mon billet le fera connaître à d'autres personnes. Merci pour la découverte.

      Supprimer
  3. Je suis hyper tentée, malheureusement il est épuisée, mais je viens de voir qu'il est disponible à la bibliothèque qui est juste à côté de mes parents. J'y ferai sans doute un tour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu verras, il se lit vraiment facilement, malgré la noirceur des thèmes développés.

      Supprimer
  4. Quelle tentation !!!!! Tu donnes sacrément envie de le découvrir.

    RépondreSupprimer