lundi 3 juin 2013

Gemma Bovery - Posy Simmonds




























Initialement publié dans le Guardian
Jonathan Cape, 1999, 106 pages


Les premières phrases :





















L'histoire :

Raymond Joubert, écrivain raté et boulanger à Bailleville, Normandie, est hanté par le souvenir de sa voisine Gemma Bovery, dont le décès accidentel est survenu trois semaines auparavant. Rongé par le remords, il tente d'apaiser son sentiment de culpabilité en rendant une visite de courtoisie au malheureux Charlie Bovery, époux inconsolable, à qui il subtilise sournoisement le journal intime de la jeune femme, espérant y trouver des réponses à ses interrogations. Joubert revit ainsi les dernières années de cette Emma Bovary moderne, depuis sa rencontre avec son mari à Londres jusqu'à son installation dans une charmante maison rustique de la campagne normande, où s'enchaîneront les événements qui la conduiront à sa perte.


L'opinion de Miss Léo :

J'avais depuis longtemps envie de lire les romans graphiques de Posy Simmonds, plus particulièrement depuis la sortie de la (très bonne) adaptation cinématographique de Tamara Drewe par un Stephen Frears semble-t-il très inspiré par les ressorts tragi-comiques de cette savoureuse et subtile étude de moeurs provinciale, à l'ambiance délicieusement british. Ce Gemma Bovery me tentait bien, aussi n'ai-je pas hésité à l'acheter en anglais, cédant à l'un de ces élans compulsifs dont je suis coutumière. Je n'aurai heureusement pas à le regretter, puisque j'ai éprouvé un énorme coup de coeur pour ce qui est de toute évidence l'une des pièces maîtresses de l'oeuvre d'une dessinatrice talentueuse, laquelle entreprend ici une ambitieuse relecture moderne de l'oeuvre de Gustave Flaubert.

Le résultat est tout à fait réjouissant. L'auteur britannique excelle dans le registre de la satire sociale, et jette un regard très pertinent sur ses contemporains, plus spécifiquement sur cette middle-class londonienne pleine d'ambition et d'espérances, où les couples de parents divorcés côtoient de jeunes célibataires meurtris par leurs déceptions amoureuses, aspirant à retrouver une vie saine et proche de la nature. Gemma et Charlie Bovery pensent échapper à leurs soucis respectifs en emménageant dans une ferme de Normandie, où ils pourront déguster de bons vins et de délicieux légumes, et acheter chaque matin leur pain frais à la boulangerie. Le fantasme bobo se heurte cependant bien vite à la réalité, et la jeune femme ne tarde pas à déchanter, rongée par l'ennui et confrontée aux désagréments de la vie à la campagne (en bonne citadine, je ne tiendrais pas deux semaines dans un pareil endroit). Que faire dans de telles circonstances, sinon prendre un (jeune) amant, qui réintroduira un peu de sel et d'excitation dans votre morne existence ? Le drame se noue, pour le plus grand bonheur du lecteur, qui s'amusera à relever les similitudes entre les expériences de Gemma et celles de son illustre modèle Emma Bovary.

La psychologie des personnages est finement analysée par la romancière, qui fait preuve d'un sens de l'observation très affûté. Les comportements et rapports humains sont disséqués, passés au crible de l'oeil aiguisé de Posy Simmonds, qui se montre cependant pleine de tendresse envers son personnage principal,  émouvante figure pathétique au destin tragiquement banal. Le récit adopte le ton de la comédie, dans un style purement britannique, et l'on sourit souvent devant les réactions des différents protagonistes, dont les défauts ne font qu'illustrer la relative médiocrité de l'espèce humaine dans son ensemble. Cette belle galerie de portraits est dominée par le boulanger Joubert, narrateur tout à la fois extérieur et partie prenante de l'intrigue. Obsédé par Gemma, il cherche à faire coïncider la vie de la jeune femme avec celle de l'héroïne de Flaubert. Ne dit-on pas que la réalité dépasse parfois la fiction ?




























Signalons pour finir la qualité des illustrations, qui font de ce roman graphique une véritable oeuvre d'art. Posy Simmonds possède un superbe coup de crayon, et les dessins sont vraiment très chouettes. Ceux-ci sont extrêmement vivants, et renforcent l'impact du texte, par ailleurs extrêmement bien écrit. Ce Gemma Bovery est donc une bien belle réussite sur tous les plans, et me donne envie de prolonger l'expérience avec d'autres romans graphiques de l'auteur.

Cerise sur le gâteau : j'ai adoré la fin ! Le roman se conclut sur un ultime clin d'oeil, et le dernier paragraphe est un petit bijou d'ironie. A lire absolument !

Une comédie de moeurs intelligente et subtile, agrémentée de superbes illustrations. Coup de coeur !

-------------------------------------

Et une première participation au Mois Anglais ! Youhouuuuu !





16 commentaires:

  1. Je l'ai acheté cette année au salon du Livre. J'avais adoré le roman graphique Tamara Drewe, donc j'en ai profité quand je l'ai vu. Mais je ne l'ai pas encore lu, je me le garde pour plus tard...mais ta critique me donne envie de le sortir!

    RépondreSupprimer
  2. Je ne connais Posy Simmonds que de réputation, il va falloir que je répare cette erreur !

    RépondreSupprimer
  3. C'est également un coup de coeur pour moi, j'ai adoré pour les mêmes raisons que toi. J'apprécie également beaucoup "Tamara Drewe" qui est inspiré de "Loin de la foule déchainée" de Thomas Hardy. Le film de Stephen Frears était très bien également.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne savais pas que Tamara Drewe avait également une inspiration "littéraire" !

      Supprimer
  4. Merci pour ce billet, j'ai eu un coup de coeur pour Tamara Drewe mais sans savoir qu'il y existait d'autres romans graphiques du même auteur. A rajouter sur ma PAL

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu as aimé Tamara Drewe, il n'y a pas de raison pour que tu ne succombes pas aussi à celui-ci.

      Supprimer
  5. Je viens de l'emprunter à la bibliothèque ! J'avais moyennement aimé l'adaptation et je ne garde presque aucun souvenir de l'histoire, ça va donc être une découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu ton billet ! J'avais davantage aimé le film que toi.

      Supprimer
  6. Je survole ton billet parce que cette bd est dans mes projets de lecture (également depuis le film Tamara Drewe). Mais je note ton enthousiasme et s'il y a une bonne fin, ça me donne encore plus envie !

    RépondreSupprimer
  7. Je suis très intriguée par cet auteur de BD, qui me tente de plus en plus ! Je crois qu'avec ton billet je vais essayer de me procurer ce tome :)
    Merci pour le lien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment une chouette BD ! Je te la recommande vivement.

      Supprimer
  8. Une bonne idée de rassembler ces dessins.

    RépondreSupprimer
  9. J'en parlerais bientôt parce que j'ai tellement aimé Tamara Drewe en BD et en film que j'ai fini par acheter Gemma Bovery dans la foulée et j'ai adoré aussi ! Oui, c'est véritablement un chef d'oeuvre !!!!

    RépondreSupprimer