mercredi 13 février 2013

Prenez soin du chien - J.M. Erre



























Editions Points, Buchet-Chastel, 2006, 279 pages


Les premières phrases :

Paris Massacre - Edition du samedi 1er juillet
Pas de vacances pour le crime

5, rue de la Doulce-Belette, Paris 9ème. Un immeuble bourgeois dans une rue paisible, une façade anonyme abritant des vies simples, un havre de paix où la vie ronronnait... Jusqu'à hier soir. Qui aurait pu imaginer que l'horreur frapperait là ?


L'histoire :

Deux immeubles en vis-à-vis, dont les murs portent encore le souvenir du meurtre de mademoiselle Chiclet, sauvagement assassinée sous les yeux de son chat Pompon. Max Corneloup et Eugène Fluche se jaugent et s'observent. Le premier écrit des romans-feuilletons pour la radio, tandis que le second consacre l'essentiel de ses journées à épier son voisin d'en face peindre des coquilles d'oeufs. La paranoïa ambiante est accentuée par le comportement étrange des autres locataires, qui semblent tous bons pour l'asile psychiatrique. Frétillante d'excitation devant les turpitudes de ces énergumènes hauts en couleurs, la concierge du n°5 se répand quant à elle en commérages, inconsciente du drame qui se noue sous ses yeux. D'étranges et macabres événements ne tardent pas à survenir rue de la Doulce-Belette, portant la tension à son paroxysme...


L'opinion de Miss Léo :

J'avais été tellement enthousiasmée par Le mystère Sherlock que je pouvais difficilement faire l'économie de la lecture des autres romans de J.M.Erre. C'est cependant avec une certaine appréhension que je me décidai enfin à sortir Prenez soin du chien de ma PAL. J'espérais bien sûr y retrouver les ingrédients qui m'avaient tant plu dans Le mystère Sherlock, mais je craignais surtout d'être déçue, malgré un titre prometteur et une histoire semble-t-il complètement déjantée. Je redoutais en particulier que les traits d'humour y soient trop appuyés (la frontière est souvent mince entre le rire et la consternation).

Le fait est que j'ai eu un peu plus de mal à rentrer dans ce livre que dans le précédent. Je le trouvais amusant, mais il me manquait un petit quelque chose pour être totalement séduite : la caricature et les situations me semblaient un peu forcées, et les personnages trop énormes pour êtres crédibles. Bref, je n'étais pas plus emballée que ça. Et puis le déclic s'est produit, après une petite centaine de pages. Je me suis laissée prendre au jeu, et j'ai peu à peu succombé au charme d'une intrigue plus tortueuse que ne pouvaient le laisser présager les premiers chapitres, portée par la prose d'un auteur plein de verve et d'intelligence.

"On peut en effet se poser la question : l'agent immobilier a-t-il une âme ? En tout cas, moi c'est ce que je me demandais cet été alors que je rampais d'agence en agence, en expiant la honte de mon célibat, l'indignité de ma cinquantaine, le scandale de mon statut d'auteur de feuilletons radiophoniques ("Ah bon ? Ca existe encore ?") pour mendier la grâce d'une visite d'un infâme taudis au septième étage sans ascenseur." (page 57)

J'ai particulièrement apprécié la mise en abyme du récit, dont l'intrigue à tiroirs ne se résume pas à une simple succession de péripéties absurdes et déjantées. Le lecteur va de surprise en surprise, et le dénouement tient quant à lui toutes ses promesses. La narration change régulièrement de point de vue, et l'essentiel du texte est constitué d'extraits des journaux intimes de Max Corneloup et Eugène Fluche, lesquels s'indignent continuellement du comportement inquiétant de leurs voisins respectifs. Leur affrontement à distance semble dans un premier temps être au coeur du roman, et l'on s'amuse de leur délire paranoïaque et égocentré, teinté de cynisme et d'humour noir.

Tout aussi réjouissantes sont les lettres que la concierge Mme Ledoux envoie régulièrement à sa vieille maman, pour lui faire part des faits et gestes des locataires de son immeuble... comportements qu'elle interprète évidemment à sa manière très personnelle ! Elle en devient presque touchante de suffisance et de naïveté. Une folie douce semble également s'emparer des autres résidents, tous plus tordus les uns que les autres. J.M.Erre crée une galerie de personnages burlesques et hauts en couleur, qui rivalisent de maladresse et de mauvaise foi, et semblent agir de façon totalement insensée (au grand désespoir de nos chers Max et Eugène). Mention spéciale à Zamora, "réalisateur" d'un genre nouveau, dont les films se résument à une compilation de plans et de scènes extraits de longs-métrages tournés par d'autres, soigneusement assemblés pour composer une nouvelle histoire. Les cinéphiles apprécieront ! Les autres personnages ne sont pas en reste : Raphaël Dumoget se consacre corps et âme à son élevage de gerbilles apprivoisées, Mme Brichon cherche sans relâche le responsable de la mort de son chien Hector, tandis que le petit Bruno, jeune délinquant en herbe, sème la terreur dans la cage d'escalier du n°5.

"J'étais à deux doigts d'employer une technique pédagogique un peu ringarde, certes, mais qui a fait ses preuves : la baffe. Il a dû le sentir [...] parce qu'il a arrêté net sa logorrhée. Il s'est mis à me regarder avec un air de réflexion intense et deux doigts dans le nez (pour éviter une descente de cerveau ?) puis il a accepté de travailler en silence." (page 88)


Le récit à la première personne est parfois interrompu par l'intervention d'un narrateur mystère, qui commente l'action dans de courts passages rédigés en italique. Ces ruptures surprennent, et entretiennent efficacement le suspense. Quel est donc cet individu bien informé, qui semble tirer les ficelles en attisant les haines et les rivalités ? Le mystère s'épaissit, la confusion s'installe, et le roman prend un tour particulièrement réjouissant, pour ne pas dire captivant. C'est souvent drôle, parfois hilarant, et l'on ne peut qu'applaudir devant tant de maîtrise. Vivement le prochain J.M.Erre* !

* par chance, il m'en reste encore deux à lire : Série Z, et Made in China, tous deux parus chez Buchet-Chastel et édités en poche aux éditions Points.


Un premier roman très convaincant, passionnant et délicieusement burlesque.


16 commentaires:

  1. Tous sont bons, Made in China est peut être un poil en dessous (mais offre bien des joies)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que Série Z sera le prochain sur la liste (si je le trouve) !

      Supprimer
  2. Je suis plus tentée par Le mystère Sherlock pour le moment mais je note celui-ci aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On retrouve la patte de l'auteur dans les deux romans, mais il est vrai que Le Mystère Sherlock fourmille de références savoureuses. Ce dernier est peut-être plus abouti.

      Supprimer
  3. J'adore la photo !!!! Et ce roman est dans ma PAL, à attendre d'être enfin choisi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vraiment très plaisant, à condition d'adhérer à ce type d'humour.

      Supprimer
  4. j'avais également un peu peur de lire le reste de l'oeuvre de JM Erre, je ne voulais pas être déçue. Grâce à toi, je sais que je peux me lancer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Evidemment, "Le Mystère Sherlock" possède un petit quelque chose en plus, mais je pe.nse que tu ne seras pas déçue par ce premier roman

      Supprimer
  5. Réponses
    1. Quel dommage ! En même temps, je comprends tout à fait que l'on puisse rester insensible à ce type d'humour (j'ai moi-même mis un certain temps avant d'accrocher).

      Supprimer
  6. Je l'ai lu le premier janvier, histoire de bien commencer l'année (et d'éviter les voeux^^). Comme toi, je le trouve un peu séduisant que le mystère Sherlock, mais j'ai aimé retrouver l'humour de JM Erre. Comme toi, je compte bien lire ses autres livres.

    RépondreSupprimer
  7. J'avais adoré série Z mais j'ai abandonné made in china car comme tu le dis pour Prenez soin du chien des traits d'humour trop appuyés ! En revanche, j'ai hâte de lire le mystère Sherlock !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai hâte de lire Série Z ! Tu n'es pas a première à me dire que "Made in China" est un peu moins bon.

      Supprimer
  8. Je le renote ! c'est un des premiers livres que j'avais écrit dans mon petit carnet LAL !

    RépondreSupprimer
  9. Un roman bien sympa, mais tout de même un peu lourdingue par moments: l'auteur cherche parfois à trop en faire. Mais cela reste dans l'ensemble une lecture très appréciable.

    RépondreSupprimer