samedi 30 juin 2012

The Lady Vanishes (Une femme disparaît) - Alfred Hitchcock (1938)




















Je ne résiste pas à la tentation de vous faire partager mon amour pour ce (très beau) long-métrage d'Alfred Hitchcock,  qui fut l'avant-dernier film anglais du Maître, tourné avant que celui-ci ne succombe au chant des sirènes hollywoodiennes (incarnées par David O. Selznick, NDLA).


L'histoire :



Iris Henderson, jeune anglaise un peu snob en vacances dans les Balkans, embarque à bord du train qui doit la ramener à Londres auprès de son fiancé coincé. Elle y retrouve Miss Froy, une vieille gouvernante malicieuse dont elle a fait la connaissance la veille à l'hôtel. Les deux femmes prennent le thé au wagon-restaurant, puis regagnent leur compartiment, où Iris ne tarde pas à sombrer dans les bras de Morphée. Quelle n'est pas sa surprise à son réveil : Miss Froy a disparu !! La jeune femme s'inquiète, et tente d'obtenir de l'aide auprès du personnel de bord et des autres passagers. Curieusement, personne ne semble se souvenir de l'existence de Miss Froy. Iris aurait-elle tout imaginé ? Alors que certains insinuent qu'elle pourrait être victime d'hallucinations, Iris trouve un soutien inattendu en la personne de Gilbert Redman, jeune et séduisant clarinettiste bohème, avec qui elle n'a cessé de se chamailler depuis leur acrimonieuse rencontre à l'hôtel. Ensemble, ils ne tardent pas à soupçonner l'existence d'un complot visant à se débarrasser de la vieille gouvernante. Mais qui pourrait en vouloir à une aussi frêle et inoffensive créature ?

Gil Redman, Miss Froy et Iris Henderson

L'opinion de Miss Léo :

Oh, que j'adore ce film ! Après de multiples visionnages, celui-ci conserve à mes yeux un charme inégalé, tout à la fois moderne et désuet. Je le revois toujours avec le même plaisir, et ne serai donc pas totalement objective dans cette critique.

Alfred Hitchcock nous propose une jolie histoire d'espionnage délicieusement absurde, qui repose sur un très beau scénario de Sidney Gilliat et Frank Launder. Les acteurs sont excellents, emmenés par un séduisant Michael Redgrave (le papa de Vanessa) et une pétillante Margaret Lockwood, qui apportent beaucoup de fraîcheur à leurs personnages. Je les aime ! Dame May Whitty est adorable en Miss Froy, et il est bien difficile de ne pas sourire devant la trogne mémorable des autres passagers du compartiment, à l'oeil torve et à la mauvaise foi contagieuse.

Comme ils sont mignons !

Le film est plein d'humour et d'ironie. Hitchcock se moque gentiment de ses compatriotes, à travers des situations décalées et des personnages cocasses. Parmi les passagers du train se trouvent notamment un couple adultère, prêt à tout pour préserver son anonymat, ainsi qu'un savoureux duos de vieux garçons anglais, obnubilés par le match de cricket qu'ils rateront inévitablement si le train prend du retard. On se doute bien que la disparition de Miss Froy passera très vite au second plan de leurs préoccupations...



J'ai gardé le meilleur pour la fin : le train ! Celui-ci est magnifiquement utilisé tout au long du film, qui intègre de nombreux plans sur les roues, les rails, les aiguillages, la locomotive, sans oublier le superbe décor sur lequel s'ouvre la première scène (une magnifique maquette de gare en modèle réduit, joliment irréelle). Iris et Gilbert se déplacent d'un compartiment à l'autre et visitent les différents wagons à la recherche de Miss Froy, pour mon plus grand plaisir. L'atmosphère confinée du train rend l'intrigue fascinante.




Le train !

Last but not least : j'aime beaucoup la fin du film, que je ne dévoilerai évidemment pas ici. Le plaisir reste intact jusqu'à la toute dernière seconde. 

Une belle réussite. A voir absolument !

--------------------------------------------------

Deuxième participation au challenge En train de lire de mademoiselle la Comète
Troisième participation au challenge Alfred Hitchcock de Titine et Sabbio




7 commentaires:

  1. Merci miss Léo pour ta participation avec ce beau billet!:-)

    RépondreSupprimer
  2. Quelle suspense ! On retrouve les trains si chers à A. Christie ! Il y a l'inconnu du nord express qui se passe en partie dans un train d'ailleurs. Je vais essayer de le trouver, je ne le connaissais pas celui-là... Lundi, j'ai prévu un billet sur Hitch aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai oublié de répondre à ton commentaire... J'ai vu L'inconnu du Nord Express il y a longtemps (et lu le livre de Patricia Highsmith). C'est l'un des Hitchcock que je connais le moins bien, et dont je n'ai pas le DVD. Il faudrait que je le revoie !

      Supprimer
  3. Je te remercie pour ton billet qui fait découvrir ce film malheureusement méconnu. Je crois que c'est mon préféré de la période anglaise, je ne m'en lasse pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne m'en lasse pas non plus ! J'en parlais l'autre jour avec une amie, qui regrettait comme moi que tous ces vieux films sombrent un peu dans l'oubli aujourd'hui. Désolée de ne pas avoir répondu plus tôt à ton commentaire...

      Supprimer
  4. J'ai découvert ce film récemment et tout à fait par hasard sur TCM qui le passe encore de temps en temps et j'ai vraiment beaucoup aimé, surtout le début dans l'auberge. J'aime beaucoup cet Hitchcok-là!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est superbe ! Je suis bien contente que tu l'ais apprécié.

      Supprimer