mercredi 7 mars 2012

La Reine des Lectrices (The Uncommon Reader) - Alan Bennett


















Profile Books, Faber and Faber 2007, 121 pages
Collection Folio (Gallimard), 2010 
  

Les premières phrases : 

At Windsor it was the evening of the state banquet and as the president of France took his place beside Her Majesty, the royal family formed up behind and the procession slowly moved off and through into the Waterloo Chamber.
"Now that I have you to myself", said the Queen, smiling to left and right as they glided through the glittering throng, "I've been longing to ask you about the writer Jean Genet."
"Ah", said the president. "Oui."


L'histoire :

C'est en voulant s'excuser pour le vacarme causé par ses chiens que la Reine d'Angleterre franchit pour la première fois la porte du bibliobus de Westminster. Coup malicieux du destin, ou acte manqué ? Toujours est-il que la Reine découvre alors le plaisir de la lecture. Cette soudaine et insatiable soif de lire effraie son entourage, encore plus lorsque la souveraine en vient à négliger ses obligations royales, dévorée par sa passion et son désir de se frotter sans cesse à de nouveaux auteurs. La Monarchie vacille sur ses bases !


L'opinion de Miss Léo :

Voilà un roman qui me tentait depuis bien longtemps, et que je me suis enfin décidée à acheter la semaine dernière. Je n'ai aucun regret, tant j'ai été charmée par ce récit, que je recommande chaudement à tous mes amis LCA (Lecteurs Compulsifs Anonymes) de France et de Navarre. La Reine des lectrices est une fable, une fantaisie littéraire que l'on déguste comme une friandise autour d'une tasse de thé (bonjour le cliché !).

Le style, très anglais, est fluide et plein d'ironie. Un petit roman frais, léger et plein d'humour, qui incite aussi à la réflexion, et soulève certaines interrogations. Parmi les thèmes abordés : le pouvoir de la lecture, et son impact sur la société. J'ai moi-même succombé très jeune au charme inaltérable du livre que l'on ouvre et dans lequel on plonge sans arrière-pensée. Le début de l'histoire m'a rappelé le bibliobus de mon enfance, où ma mère nous emmenait parfois, et dont je ressortais les bras chargés de livres (en plus de ceux déjà empruntés à la bibliothèque). Un charmant souvenir proustien !  ;-)

Plutôt que de faire un long discours, j'ai préféré relever quelques citations, dans lesquelles nombre d'entre nous se reconnaîtront :

"To read  is to withdraw. To make oneself unavailable."

"One reads for pleasure. It is not a public duty." (p.44)

"The sheer endlessness of books outfaced her." (p.47)

"I think of literature as a vast country to the far borders of which I am journeying but cannot possibly reach." (p.48)

"Can there be any greater pleasure than to come across an author one enjoys and then to find they have written not just one book or two, but at least a dozen?" (p.67)

Tout cela est tellement vrai !

Pour la Reine, la lecture doit naturellement évoluer vers l'écriture, ce qui déclenche une réaction épidermique dans le microcosme politique britannique, probablement vaguement anxieux à l'idée de ce que la reine pourrait écrire... Et d'ailleurs, a-t-elle seulement le droit d'écrire ? Autre question posée par le roman.

Quant à la dernière page... Je me suis régalée en découvrant ce petit bijou d'ironie mordante, que je ne vous dévoilerai évidemment pas ici !


Lu et approuvé par Miss Léo.  

--------------------------------------------

Deuxième participation au Challenge God Save The Livre, organisé par Antoni.









Deuxième participation au Défi Voisins Voisines organisé par Anne.




8 commentaires:

  1. C'est effectivement un très joli livre, drôle et so british !

    RépondreSupprimer
  2. Un excellent moment d'humour anglais, cette reine-là est bien plus rock'n'roll que la vraie :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire ! :-)
      C'est amusant, car je me disais justement qu'il était bien difficile de mettre un visage sur la Reine du roman. On pense tout naturellement à Elizabeth II, mais il y a quelque chose qui ne colle pas : comme tu le dis, la reine d'Alan Bennet est beaucoup plus funky que la vraie ! C'est assez troublant (un peu comme un rêve qui donnerait une image déformée mais en même temps assez proche de la réalité)...

      Supprimer
  3. Ah!! Un de mes coups de coeur de l'année dernière!! J'ai beaucoup aimé ce livre que je conseille partout, d'autant qu'il est très rapide à lire! As-tu lu d'autres livres d'Alan Bennett?? J'ai bien envie de retenter l'expérience!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas encore lu les autres livres d'Alan Bennet, mais j'avoue que c'est assez tentant ! Peut-être pas tout de suite, car ma PAL déborde...

      Supprimer
  4. Un bon souvenir ! Assez cocasse comme histoire... Et puis généralement les livres sur les livres sont toujours intéressants !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord ! J'apprécie beaucoup ce genre de mise en abyme.

      Supprimer
  5. Une lecture sympathique, et un excellent clin d'oeil à la Queen !!

    RépondreSupprimer