vendredi 30 mars 2012

Before I go to sleep - S J Watson



























Titre français : Avant d'aller dormir
Black Swan Editions, 2011, 372 pages
Sonatine pour l'édition française


Les premières phrases :

The bedroom is strange. Unfamiliar. I don't know where I am, how I came to be here. I don't know how I'm going to get home.


L'histoire :

Christine Lucas, 47 ans, se réveille chaque matin aux côtés d'un mystérieux inconnu, persuadée d'être encore une jeune étudiante célibataire à l'avenir plein de promesses. Christine est amnésique depuis vingt ans. Elle n'a aucun souvenir de son passé, et oublie chaque nuit ce qu'elle a vécu la veille. L'inconnu est son mari, Ben. Chaque jour, il lui réexplique patiemment qui elle est, ce qu'ils ont vécu. Perpétuellement à la recherche de son passé enfoui, Christine peut également compter sur l'aide du docteur Nash. Celui-ci la pousse à écrire chaque soir son journal, espérant ainsi faire remonter quelques bribes de souvenirs à la surface. C'est alors que Christine remarque des incohérences et des zones d'ombre dans les propos que lui tient son mari. Le doute s'insinue. Peut-elle continuer à lui faire confiance ?


L'opinion de Miss Léo :
 
J'ai généralement tendance à me méfier des succès de librairie, ces livres dont tout le monde parle, et qui occupent fièrement le devant des présentoirs, entre le dernier Marc Lévy et les navets de Katherine Pancol (ouh là là, ce que je suis mauvaise langue). Récemment échaudée par Au delà du Mal de Shane Stevens (un roman que j'ai trouvé prétentieux, mal écrit et bourré de clichés), j'ai longuement hésité avant d'acheter Before I Go to Sleep, thriller encensé par les critiques, publié en français par les très belles éditions Sonatine. J'ai (évidemment) fini par craquer, à l'occasion d'une récente visite chez WH Smith. Peut-être ai-je été séduite par cette citation de Dennis Lehane, figurant fort à propos sur la couverture de l'édition anglaise : "An exceptional thriller". J'accorde en général peu de crédit à ce genre d'avis tout en nuances. Oui mais voilà, j'adore Dennis Lehane, dont le Shutter Island et la série Kenzie/Gennaro figurent parmi mes principales références en matière de thriller et de roman noir. Il me fallait donc à tout prix acquérir ce supposé chef d'oeuvre (c'est fou ce que je peux être influençable parfois).  ;-)

Bien m'en a pris. Avant d'aller dormir est une très bonne surprise. Un thriller d'excellente facture, écrit dans un style sobre et sans fioriture, au service d'une intrigue intelligemment construite. Le personnage de Christine est extrêmement attachant, et son journal parfois très émouvant. Le dénouement est certes prévisible, mais cela ne m'a pas gênée outre mesure. Le suspense est ailleurs, dans le parcours et la détresse de cette femme apeurée, dont les efforts désespérés pour reconstruire sa vie et retrouver le fil de ses souvenirs ne font que soulever de nouveaux doutes et de nouvelles angoisses. Sortira-t-elle un jour de ce dédale apparemment sans issue ? On tourne frénétiquement les pages, dans l'espoir de trouver une réponse à cette question poignante. Le roman suscite également une réflexion tout à fait intéressante sur la mémoire. Quel rôle nos souvenirs jouent-ils dans notre existence ? Est-on toujours un individu à part entière lorsqu'on a tout oublié ? Le cauchemar vécu par Christine me hante encore. Se lever tous les matins sans identité, sans mémoire, sans famille, sans passé ni avenir ; ne pouvoir faire confiance à personne. Existe-t-il des perspectives plus terrifiantes ?? Peut-être n'aurais-je pas dû lire ce livre avant d'aller dormir...  ;-)


Un "page-turner" fluide et agréable, qui vous procurera de très agréables moments de lecture.


------------------------------

Nouvelle participation au Challenge God Save the Livre !










Il s'agit également de ma première participation officielle à un autre challenge auquel je viens de m'inscrire : le Défi Lire en anglais, organisé par Missbouquinaix.


10 commentaires:

  1. Depuis trop longtemps dans ma PAL... j'ai aussi envie de lire le Stevens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Stevens m'a déçue. Je l'ai tout de même lu assez rapidement (l'intrigue tient la route, malgré quelques longueurs), mais j'ai trouvé que les personnages manquaient de consistance et d'intelligence, en particulier les femmes.
      Rien à voir, mais je me demande si je ne vais pas m'inscrire aux 12 d'Ys, contrairement à ce que j'écrivais l'autre jour sur ton blog. Je suis en train de lire La Répétition d'Eleanor Catton (découvert dans ta liste). Le début est très prometteur. Rendez-vous le 12 avril si tout va bien ! ;-)

      Supprimer
    2. J'ai moi aussi été happée par ce bon polar. D'une manière générale, je fais confiance à la ligne éditoriale de Sonatine, qui ne m'a jamais déçue pour ce genre de livres !

      Supprimer
  2. Si c'est conseillé par Dennis Lehane, il y a de grandes chances pour que j'aime ! Je le note, je le note, tu m'as donné envie !

    RépondreSupprimer
  3. Un chouette roman, en effet ! Je l'ai eu longtemps dans la tête et cette femme m'a troublée. QUelle horreur que cette perte de mémoire !
    Tu lis en anglais ? bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai commencé très tôt à lire en anglais. C'est une langue que j'apprécie beaucoup, pour laquelle j'ai toujours eu des facilités. Une chance !!

      Supprimer
  4. Voilà longtemps que je convoite. Ton billet me conforte dans l'envie de le lire! Merci :))

    RépondreSupprimer
  5. Lu en Français et aussi bien aimé ! J'ai passé des vacances de Noël formidables avec ce bouquin et Room d'Emma Donoghue. Bons souvenirs.

    RépondreSupprimer
  6. Je l'ai emprunté samedi à la bibli (en français) où je l'ai enfin trouvé ! Ton blog est bien sympa, beaucoup d'anglo-saxons, chic !

    RépondreSupprimer